Une voiture sans permis (VSP) comme son titre l’annonce est un véhicule terrestre à moteur qui peut être utilisé sans permis de conduire. Pouvant circuler sur les routes départementales et nationales et non sur les voies rapides ou les autoroutes, elle se distingue surtout par son petit gabarit, sa faible capacité d’accueil et la puissance de sa motorisation limitée. Face à la demande grandissante de VSP sur le marché, les constructeurs sont de plus en plus nombreux à proposer leurs modèles. Combien coûtent-ils en moyenne ? Réponses.

Prix d’une voiture sans permis

Les voitures sans permis ont résolument le vent en poupe pas seulement chez les plus jeunes conducteurs, mais aussi chez les automobilistes qui ne peuvent tout bonnement pas conduire un véhicule traditionnel. Ce type d’auto tire son épingle du jeu par son coût bas. Les prix démarrent à 4000 euros jusqu’à 20 000 euros. Les grilles tarifaires dépendent d’un grand nombre de paramètres, à commencer par le type de véhicule en lui-même : est-il neuf ou d’occasion ? Car évidemment, les modèles neufs vont s’avérer être plus chers que ceux d’occasion.

La marque entre aussi en ligne de compte. S’orienter vers les constructeurs prestigieux qui bénéficient d’une solide notoriété sur le segment implique de prévoir un budget plus conséquent. Chaque fabricant possède leur propre politique tarifaire et le choix va finalement dépendre du budget des acheteurs.

Le prix d’un VSP est étroitement lié au modèle. Les quadricycles d’entrée de gamme ne profitent pas assez d’un design particulier pour être associés à une catégorie automobile spécifique, c’est pourquoi ils sont plus abordables. Certains modèles en revanche reprennent les lignes et le style des véhicules classiques et cela se répercute sur leur coût. Sur le marché, les utilisateurs peuvent ainsi choisir entre une citadine, un cabriolet ou une version utilitaire.

Les options constituent aussi un paramètre fondamental. Les VSP peuvent être munis de divers équipements pour offrir plus de confort de conduite : climatisation, ABS, dispositifs audio, etc.

Enfin, il est très important de tenir compte de la motorisation. Ces dernières années, les VSP sont de plus en plus nombreux à étrenner un moteur 100% électrique afin de réduire les émissions de pollution et les dépenses en carburant. Bien évidemment, ils s’avèreront plus onéreux que les modèles thermiques traditionnels. L’écart de prix est de l’ordre de 5000 euros.

Comment financer une voiture sans permis ?

Pour acquérir une voiture sans permis, les automobilistes bénéficient de plusieurs solutions. La première est le traditionnel achat au comptant. Une option possible uniquement pour les personnes ayant une épargne généreuse à mobiliser.

Pour le reste, passer par un prêt auto est souvent indispensable. Il est possible de choisir entre un prêt affecté ou un prêt personnel. Le premier est « affecté » à l’achat du bien ce qui veut dire que les fonds obtenus ne pourront pas être utilisés à d’autres fins. Ce crédit est sécuritaire dans la mesure où si la vente est annulée, l’emprunt l’est également. Le prêt personnel est davantage adapté pour l’acquisition d’un véhicule sans permis d’occasion. L’usage des fonds est libre, ce qui permet aux souscripteurs d’acheter la voiture et de payer les éventuelles réparations.

Une autre solution de financement moins conventionnelle consiste à passer par un leasing auto. Le principe est simple : en échange du paiement d’un loyer mensuel, l’automobiliste dispose d’un VSP neuf et muni de tous les équipements désirés qu’il utilise durant un laps de temps bien précis allant de deux à cinq ans. À l’achèvement de son contrat de leasing, il peut restituer le véhicule pour se désengager ou opter pour son acquisition définitive moyennant le versement du coût de la valeur résiduelle. Le leasing est intéressant si l’usage du véhicule est temporaire.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.